Les recherches archéologiques récentes

C’est dans les années 1960-70 qu’est reprise l’étude scientifique de Gargas.

En 1960, puis 1966, A. Leroi-Gourhan entreprend le relevé de la totalité des mains. Dans le même temps, le docteur A. Sahly rédige sa thèse de doctorat sur « les mains mutilées dans l’art préhistorique ».

Dans les années 1970, le professeur C. Barrière entreprend quant à lui une révision complète de l’art de Gargas, et les travaux menés révèlent alors de nombreuses figures nouvelles.

Entre 1975 et 1980, le paléontologue A. Clot explore plusieurs secteurs.

Enfin, depuis 2004, un nouveau programme de recherche est mené à Gargas sous la responsabilité de P. Foucher et du Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées.

 

Le programme de fouilles et de recherche entrepris depuis 2004 vise en premier lieu à établir une séquence stratigraphique complète et détaillée. Complété par des études paléo-environnementales, archéo-zoologiques ou analyses techniques (pigments et matières colorées) les méthodes de fouilles actuelles permettent d’élargir les thèmes de recherche, par exemple vers l’étude des comportements et stratégies de subsistance des hommes préhistoriques. L’objet archéologique est envisagé dans toutes ses dimensions (origine des matières premières, techniques et contexte de fabrication, d’utilisation, etc.) et dans toutes ses interactions possibles au cours de son existence. Les recherches actuelles contribuent à montrer qu’il existait au temps des Gravettiens un vaste réseau de relations humaines couvrant largement le grand sud-ouest. pyrénéen et aquitain.

Recherches récentes