Conserver un patrimoine exceptionnel

En dépit de l’exploitation touristique du site dès le XIXème siècle, les vestiges des peintures préhistoriques de Gargas sont particulièrement bien conservés : certaines peintures ont traversé près de 300 siècles pour parvenir quasi intactes jusqu’à nous. Ceci est dû principalement au contexte environnemental présentant sur de très longues périodes une remarquable stabilité des circulations d’air et d’eau dans la cavité.

Gargas_Sanctuaire _mains © Springinsfeld

Le Sanctuaire des mains © CCStLaurent photo R. Springinsfeld

La préservation pour les générations futures d’un patrimoine aussi exceptionnel se fait aujourd’hui en tenant compte des impacts physico-chimiques des visites touristiques dans la grotte.

Outre un réaménagement complet du circuit de visite et du système d’éclairage, il existe aujourd’hui un dispositif de suivi en temps réel des taux de CO2, de la température et de l’hygrométrie!

Au début des années 1990, il est apparu évident que l’état sanitaire de la grotte se dégradait : présence de gelées gluantes noires aux plafonds, tâches d’algues vertes sur la calcite ou encore altération des concrétions stalagmitiques. Une importante action fut alors menée par le Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, en étroite relation avec le Laboratoire souterrain de Moulis, visant à établir un suivi environnemental le plus fin et précis possible : température de l’air et de la roche, pression atmosphérique, humidité et teneur en gaz carbonique de l’air, débit d’infiltration de l’eau, notamment grâce à l’installation de capteurs climatologiques. Les enregistrements réguliers permirent de constater que le climat interne de la grotte était durablement déstabilisé pendant les mois de juillet et août, correspondant à la haute saison de fréquentation touristique. Le dispositif d’éclairage alors en œuvre fut également mis en cause. Ces études environnementales permirent de déterminer les conditions de stabilité climatique de la grotte et d’orienter un nouveau projet d’aménagement.

En 1997, un réaménagement global de la grotte de Gargas fut décidé, et sa réalisation fut achevée en 2004 : celui-ci repose notamment sur l’inversion du sens de la visite, en partant de la Galerie supérieure pour se terminer par la grande paroi des mains. Ce nouvel aménagement, qui intègre les divers capteurs et instruments nécessaires au suivi environnemental, permet aujourd’hui un contrôle complet et continu des paramètres essentiels de l’équilibre de la grotte et prévient toute déstabilisation.

Conservation